La petite histoire…

Il était une fois, un aveyronnais-parisien qui décida de planter une vigne.
Obligé de déboiser une partie de sa propriété du Luberon pour faire du vin, il récupère ainsi ses arbres… donc des morceaux de bois.
Dès lors, il les stocke, les gratte, les mutile…  il met  ainsi un pied et deux mains dans la sculpture .
Cet autodidacte se considère comme un transformateur qui redonne naturellement vie à des objets inanimés .
Depuis peu, une connivence se crée avec un ferronnier astucieux et curieux, une autre histoire en fer, pleine de perspective, se met alors en place…
Ses créations s’étirent de 30cm à 3 mètres .
Les objets s’enlacent , se complètent , s’empilent.
Minimalisme, abstraction, réalisme , totems, colonnes…les projets foisonnent.
Et l’histoire suit son cours… avec Joël Canat.